S'inscrire à notre newsletter Nos dernières newsletters

Les députés européens du PDE nous disent pourquoi ils ont choisi de se battre pour l'Europe

Les langues, les cultures, les différences régionales et les initiatives locales doivent être chéries car elles constituent le principal atout de l'Europe.

Les élections du Conseil législatif de Hong Kong 2021 - Une farce politique

Engin Eroglu

Les élections au Conseil législatif de Hong Kong ont eu lieu le 19 décembre de l'année dernière. Il s'agissait des premières élections depuis les changements apportés par la loi électorale dite "patriote". Ces changements ont réduit de manière drastique le nombre de sièges directement élus à seulement 20 sur 90, alors qu'auparavant la moitié des sièges du Conseil législatif étaient directement élus. En outre, les candidats devaient d'abord être examinés par des fonctionnaires du gouvernement. En outre, seuls trois des 153 candidats au Conseil législatif se sont présentés avec un profil pro-démocratique. Avec un taux de participation de seulement 30 %, on peut dire aujourd'hui qu'une élection à Hong Kong n'a jamais été aussi peu légitime que celle-ci. Les élections du conseil législatif ne peuvent donc être considérées que comme une farce politique et une nouvelle étape sombre dans l'oppression de Hong Kong par le gouvernement chinois.

Il s'agissait d'une étape importante dont les habitants de Hong Kong ont malheureusement connu tant de fois depuis l'introduction de la loi sur la sécurité nationale. En tant que telles, ces élections étaient également les premières à être organisées depuis l'adoption de la loi sur la sécurité nationale en juin 2020. Cette loi a depuis rapidement restreint l'espace pour un échange de vues légitime et libre et éliminé toute opposition significative au gouvernement. Cela s'est traduit non seulement par la disqualification de dizaines de députés de l'opposition, la fermeture forcée des journaux pro-démocratie Apple Daily, Stand News et Citizen News, la dissolution du plus grand syndicat d'enseignants de la ville, la dissolution de plus de 50 groupes de la société civile, mais aussi par l'arrestation de 154 personnes qui attendent leur procès depuis près d'un an et se sont vu refuser à plusieurs reprises la libération sous caution.

Les élections du Conseil législatif de Hong Kong de 2021 ont donc montré une fois de plus à quel point les autorités chinoises et hongkongaises tentent délibérément de détruire la démocratie de la ville. L'ancienne autonomie de Hong Kong, les libertés de la population et son mode de vie démocratique sont de plus en plus enterrés sous des lois peu convaincantes.

La résolution du Parlement européen sur Hong Kong adoptée ce mois-ci est une étape importante dans ce contexte, car l'UE partage la responsabilité avec la communauté internationale de tenir le gouvernement chinois responsable de ces violations flagrantes du droit international et des droits humains. Malheureusement, il arrive encore trop souvent que la Commission et le Conseil ne mettent même pas le sort de la population de Hong Kong à l'ordre du jour et que les États membres se bloquent mutuellement au Conseil. C'est tout simplement inacceptable, car depuis des années, nous assistons à l'érosion de la démocratie à Hong Kong. Il est donc d'autant plus important que le Parlement européen fasse tout ce qui est en son pouvoir pour prendre clairement position. Les mesures concrètes que nous avons déjà exigées à plusieurs reprises en tant que parlementaires, telles qu'une politique de canot de sauvetage pour les Hongkongais, l'extension des sanctions, le boycott diplomatique des Jeux olympiques, la fin des traités d'extradition avec la Chine et Hong Kong - tout cela doit enfin être mis en pratique.

Des députés européens de différents camps politiques ont uni leurs forces pour la résolution du Parlement. Cela nous montre qu'il est possible de surmonter les différences et cela devrait servir d'exemple pour la prise de décision au Conseil et à la Commission. Ce qui se passe à Hong Kong n'est pas une question d'idéologies politiques, mais de protection des droits fondamentaux, une question qui nous concerne tous.

Engin Eroglu
Député européen PDE