Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Plus de protection pour les créateurs et les éditeurs de presse !

Le Parlement européen a adopté aujourd'hui sa position de négociation révisée sur les règles relatives au droit d'auteur, ajoutant des garanties pour protéger les petites entreprises et la liberté d'expression.

La Secrétaire générale du PDE Marielle de Sarnez, a souligné cette victoire majeure au Parlement européen et l'eurodéputée française Nathalie Griesbeck l'a rappelée : "il était important de trouver une large majorité, nous l'avons fait. La création du droit voisin donne plus de protection pour les créateurs et les éditeurs de presse. "

L'eurodéputé basque Izaskun Bilbao Barandica a souligné l'importance de l'approbation de ce mandat de négociation car continuer à retarder l'approbation d'une nouvelle directive sur le droit d'auteur "ne profite qu'aux grandes sociétés Internet. Il a été démontré que la réglementation actuelle laisse les créateurs sans défense devant ces entreprises. Par conséquent, ce règlement est urgent et nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas l'adopter dans cette législature". Izaskun Bilbao Barandica a souligné que le sens de son vote vise à couvrir trois objectifs fondamentaux : garantir la survie des créateurs et des promoteurs culturels qui sont actuellement sans défense face à l'avantage que les géants de la technologie ont pour leur retirer leur place dans la chaîne de valeur créée par leurs œuvres ; faire en sorte que les conditions qui doivent être remplies par les grandes plateformes pour que les créateurs ne puissent pas capter la valeur que doivent recevoir ces dernières ne fassent pas obstacle à ce que les petits opérateurs Internet puissent innover ; démontrer que l'Union européenne est capable de proposer et développer des normes économiques, commerciales et sociales pouvant fonctionner globalement dans un domaine par excellence : le cyberespace.

Elle a également ajouté : "C'est l'occasion de démontrer que, même dans le domaine de la création de contenu, de sa circulation dans le cyberespace et de son développement dans un marché unique numérique, nous voulons que des normes sociales et économiques européennes durables, justes et équitables fonctionnent. Notre Union est une référence en matière de droits et de justice sociale. Dans ce domaine, elle a l'obligation de fixer des tendances, de le rester".

L'eurodéputé portugais et vice-président du PDE, Antonio Marinho e Pinto, a conclu : "Je suis très heureux qu'en dépit de la très forte campagne de lobbying des géants d'Internet, il y ait maintenant une majorité dans cette Assemblée qui soutient la nécessité de protéger le principe de rémunération équitable des créateurs européens" et a réaffirmé cette position : "Je crois qu'une fois que la poussière sera retombée, Internet sera aussi libre qu'aujourd'hui, les créateurs et les journalistes recevront une part plus équitable des revenus générés par leurs œuvres et nous allons nous demander pourquoi tout ce tapage était si important. "

Explicación de mi voto sobre la directiva de #Copyright. Defender a los creadores y promotores culturales y de contenidos no es censurar Internet. @eajpnv pic.twitter.com/izWkZLJowN

Membres liés

Thèmes liés

IED YDE