S'inscrire à notre newsletter Nos dernières newsletters

Les députés européens du PDE nous disent pourquoi ils ont choisi de se battre pour l'Europe

Les langues, les cultures, les différences régionales et les initiatives locales doivent être chéries car elles constituent le principal atout de l'Europe.

Nicola Danti : "Consolider la famille Renew et - qui sait - peut-être l'agrandir encore plus".

Nicola Danti Plenary
European Parliament

Ancien vice-président de la commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs, Nicola Danti est un député européen italien qui a rejoint le PDE l'année dernière. Il est membre de la commission de l'industrie, de la recherche et de l'énergie (ITRE). Le mois dernier, il a été élu vice-président du groupe du PE, Renew Europe.

Tout d'abord, félicitations pour votre élection à la vice-présidence du groupe Renew Europe. Quelles seront vos responsabilités dans ce nouveau rôle ?

Merci beaucoup, je suis honoré d'avoir été élu vice-président. Renew m'a confié la gestion des relations avec les partis et les parlements nationaux. Il s'agit notamment de soutenir les partis qui appartiennent à la famille Renew Europe, afin de s'assurer que nos priorités européennes se reflètent dans leur travail au niveau national. Nous sommes en train de mettre en place un plan de travail sur la manière de renforcer les synergies entre les activités des parlements nationaux et du PE, ainsi que de renforcer les relations avec les partis nationaux. Cela nous permettra de consolider la famille Renew et - qui sait - peut-être de l'agrandir encore plus !

Comment traduire l'expérience de Renew Europe et du PDE dans les contextes nationaux ?

Lorsque notre parti, le PDE, le parti ALDE et Renaissance ont uni leurs forces pour créer le groupe Renew Europe au Parlement européen, ils ont donné une nouvelle direction. Ils ont créé un nouvel espace politique central, pour ceux qui rejettent les exemples souverainistes de l'extrême droite, mais qui ne veulent pas non plus souscrire à la rhétorique populiste de certains partis de gauche. C'est le projet politique que nous devons reproduire dans toute l'Europe, et c'est ce que nous devons également faire en Italie, mon pays. Nous devons unir tous ceux qui croient au fédéralisme européen, à la démocratie libérale, aux droits civils, à la valeur du travail et des compétences, en créant une maison commune pour les libéraux, les démocrates, les Européens.

Vous avez rejoint le PDE il y a tout juste un an. Quel bilan tirez-vous de ces 12 mois ?

Être membre du PDE a été une grande expérience : malgré le Covid-19, nous avons réussi à organiser de nombreuses initiatives politiques importantes, pour faire avancer notre vision d'une Union européenne juste, ouverte et dynamique. La mission à Washington DC a été cruciale pour renforcer le partenariat stratégique avec les États-Unis, que Donald Trump a tenté de faire échouer. Pendant cette période, j'ai également travaillé pour faire en sorte que mon expérience au sein du PDE ne soit pas seulement celle d'un député européen individuel, mais qu'elle puisse se traduire par un projet politique plus large impliquant mon parti, Italia Viva. Je suis fier qu'Italia Viva ait maintenant officiellement présenté sa candidature pour rejoindre le PDE et celle-ci sera discutée lors de la réunion du Conseil du PDE du 10 décembre. Bien que virtuelle, cette réunion sera une excellente occasion de renforcer l'engagement de le PDE et de mon propre parti en faveur du renouveau de l'Europe.