S'inscrire à notre newsletter Nos dernières newsletters

Les députés européens du PDE nous disent pourquoi ils ont choisi de se battre pour l'Europe

Les langues, les cultures, les différences régionales et les initiatives locales doivent être chéries car elles constituent le principal atout de l'Europe.

Pour une meilleure gouvernance de l’Océan au niveau européen

Chabaud_0.png

Cette semaine, le 8 juin, nous avons célébré a la journée mondiale de l’Océan. Notre députée européenne française Catherine Chabaud promeut une meilleure gouvernance de l’Océan au niveau européen 

L'Union européenne est le premier espace maritime mondial. C’est l’échelon le plus pertinent pour faire avancer les sujets de connaissance, développer les énergies marines renouvelables et propres, restaurer nos écosystèmes marins et côtiers, et préserver cette richesse qui fait de l’océan notre bien commun. « Tous les Européens bénéficient des services que l'océan rend à l'humanité, que leur pays ait ou non un lien direct avec la mer. Pourtant, chacun d’entre nous contribue également aux pressions qu’il subit, et qui ont des conséquences néfastes sur la santé et la sécurité des populations à travers le monde ».

L’importance économique, diplomatique, écologique, croissante des espaces maritimes dans la mondialisation fait plus que jamais de la mer un enjeu politique grâce auquel un État peut rayonner et affirmer sa puissance sur la scène internationale : « Cette prise de conscience doit mener à une véritable politique de la mer intégrée. La transversalité des sujets maritimes impose de ne plus appréhender nos politiques publiques de manière fragmentée. Par exemple, la lutte contre les déchets marins ne commence pas en mer : 80% de la pollution marine provient des activités humaines menées sur terre. Ceci illustre parfaitement l’enjeu du lien terre-mer, l’importance de l’économie circulaire et la nécessité de mieux inclure l’océan dans nos politiques européennes ».

L’océan n’est pas uniquement un enjeu en termes de politique interne, mais également en termes de politique extérieure de l’UE. A l’ONU, des négociations devraient aboutir cet été au sujet d’un traité relatif à la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité marine des zones ne relevant pas de la juridiction nationale (traité BBNJ). De même, en mars dernier, l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement (ANUE) a approuvé l’ouverture de négociations en vue d’un traité mondial juridiquement contraignant contre la pollution plastique. L’année 2022 s’annonce donc essentielle pour l’avenir de l’océan, et représente une opportunité unique pour l’UE de se positionner comme leader.

« Une vision stratégique des enjeux maritimes passe avant tout par un renforcement, si ce n’est une révision, de la gouvernance européenne de la mer. Sur les questions liées à l’océan, les institutions européennes travaillent encore trop en silo ». L’adoption d’une vision stratégique implique une coopération renforcée entre les institutions afin de garantir une position cohérente de l’Union. L’océan doit devenir une priorité à la Commission, au Parlement européen, mais aussi une priorité portée par les différentes Présidences du Conseil de l’Union européenne. “J’en suis convaincue : l’Europe renaîtra aussi de la mer !”