S'inscrire à notre newsletter

Nous sommes convaincus qu'il est temps de refonder l'Union !

Nous avons le devoir de partager le rêve européen avec nos concitoyens, de répandre les valeurs de respect de la dignité humaine, de l'État de droit, de la liberté, l'égalité, la solidarité et la responsabilité.

Il est temps pour les Démocrates de prendre les choses en main.

Ulrike Müller : L'économie circulaire doit favoriser le processus d'innovation

Circular Economy

Mardi dernier, le Parlement européen a voté un rapport sur le plan d'action pour l'économie circulaire. Le rapport, adopté par 574 voix pour, 22 contre et 95 abstentions, est une réponse au plan d'action de la Commission sur l'économie circulaire. Dans le cadre du "Green Deal", ce plan devrait conduire à une utilisation plus efficace des ressources dans l'UE et, en particulier, promouvoir la prévention et le recyclage des déchets.

Ulrike Müller, vice-présidente exécutive du PDE, se félicite du principe de ce rapport, dont son collègue du groupe Renew Jan Huitema (Renew Europe) est responsable en tant que rapporteur. Elle soutient l'approche qui consiste à mettre la réduction des déchets au premier plan et à s'efforcer de réduire l'empreinte écologique des citoyens européens. À ses yeux, l'accent devrait être mis sur les incitations à l'innovation et sur les entreprises durables.

Ces exigences mettent-elles en danger l'Europe en tant que lieu d'implantation des entreprises ?

Ulrike Müller souligne l'importance de l'économie circulaire pour atteindre les objectifs de développement durable de l'UE : "L'économie circulaire offre un grand potentiel économique aux entreprises innovantes allemandes et européennes. Le plan d'action de la Commission ainsi que le rapport du Parlement donnent ici des impulsions importantes".

Ulrike Müller est toutefois critique à l'égard de certains éléments du rapport. Le rapport contient la demande d'un objectif obligatoire à l'échelle de la région pour la réduction de l'utilisation des matières premières primaires. Ulrike Müller estime que cette demande est problématique. Elle demande des mesures ciblées et appropriées au lieu d'un objectif global.

Dans la version présentée par le Parlement, la députée européenne allemande Ulrike Müller redoute que la production industrielle dans l'UE ne soit menacée : "Nous savons que dans le secteur du textile, par exemple, la production est si importante que tout ne se retrouve pas dans les magasins, et encore moins dans les armoires. Ce n'est pas durable. Mais dans la formulation actuelle du Parlement, une telle mesure pourrait conduire à ce que le reste de la production industrielle quitte l'UE".

L'utilisation de matières premières recyclées doit devenir plus attrayante

Ulrike Müller préconise plutôt un catalogue de mesures différenciées : "La Commission ne devrait pas fixer un objectif général et non spécifique pour toutes les matières premières primaires. Elle devrait plutôt commencer par des mesures ciblées là où il y a réellement des problèmes. Ainsi, nous pourrons éviter de gaspiller des ressources sans mettre en danger l'Europe en tant que site industriel".

Ulrike Müller pense qu'il est préférable de créer des incitations plutôt que des interdictions : "Nous ne devrions pas limiter l'utilisation des matières premières primaires par la loi, mais rendre l'utilisation des matières premières secondaires, c'est-à-dire des recyclats, plus attrayante grâce à des conditions cadres appropriées".

L'innovation a besoin de bonnes conditions cadres

Pour Ulrike Müller, l'accent doit être mis sur la création de conditions favorables à l'innovation : "L'Europe est pauvre en matières premières mais riche en savoir-faire. Nous devons activer cet immense potentiel d'innovation de notre continent. Il s'agit par exemple de normes, notamment pour la qualité des recyclats, afin qu'ils deviennent plus compétitifs et puissent remplacer les matières premières primaires en quantités importantes".

Des consommateurs éduqués sont la solution à tous les problèmes

Ulrike Müller réitère une fois de plus son appel en faveur d'une bonne information et d'une bonne éducation des consommateurs finaux. Les spécifications relatives à la conception des produits de consommation et les demandes de spécifications contraignantes concernant la durée de vie, les matériaux et la réparabilité des produits ne doivent pas entraîner une hausse des prix. En outre, elle considère que cela constitue une menace pour l'innovation. Au contraire, l'information des consommateurs doit être renforcée. Le cadre ne doit pas être fixé de manière trop étroite en vue de satisfaire la demande des consommateurs.

Contexte : Une économie circulaire efficace pour la durabilité et la compétitivité

La consommation des seuls Européens équivaut actuellement à la capacité de trois Terres. Une économie circulaire aussi complète que possible est donc essentielle pour rester dans les limites planétaires à long terme. Afin d'atteindre les objectifs du Pacte vert et de la neutralité climatique d'ici 2050, l'efficacité des ressources est un facteur important, au même titre que les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique. En outre, l'économie circulaire offre de grandes possibilités économiques pour la recherche, le développement et la production dans l'UE. Une économie circulaire efficace a des effets positifs sur la croissance économique, la compétitivité et le marché du travail.

Le rapport fait référence au cadre général de l'UE pour l'économie circulaire. Il réglemente, entre autres, le renforcement de la durée de vie, de la réparabilité et de la recyclabilité des produits, ainsi qu'un cadre pour les matières premières secondaires. Il examine également les principales chaînes de valeur telles que l'électronique, les piles et les véhicules, l'emballage, le textile, la construction ou l'alimentation. Le rapport souligne l'importance des incitations à l'innovation et aux entreprises durables. Le marché européen des recyclats et l'utilisation de matières premières durables et renouvelables doivent être encouragés.