S'inscrire à notre newsletter

Nous sommes convaincus qu'il est temps de refonder l'Union !

Nous avons le devoir de partager le rêve européen avec nos concitoyens, de répandre les valeurs de respect de la dignité humaine, de l'État de droit, de la liberté, l'égalité, la solidarité et la responsabilité.

Il est temps pour les Démocrates de prendre les choses en main.

"Une étape essentielle pour défendre nos valeurs européennes communes".

EU China

Les députés européens des Démocrates européens se sont exprimés publiquement pour condamner les sanctions du gouvernement chinois en réponse aux sanctions de l'UE mises en place le lundi 22 mars.

Lundi, les ministres européens réunis en Conseil des affaires étrangères avaient adopté à l'unanimité des sanctions à l'encontre de quatre responsables chinois ainsi que d'une entité étatique en réponse aux atrocités commises à l'encontre de la minorité musulmane ouïgoure dans la région chinoise du Xinjiang. Les États-Unis, le Royaume-Uni et le Canada ont également annoncé des sanctions.

Pékin a réagi rapidement en sanctionnant dix personnes, dont le chef de la délégation du Parlement européen pour la Chine, Reinhard Bütikofer. Le Comité politique et de sécurité du Conseil européen ainsi que la sous-commission des droits humains du Parlement européen ont également été visés, ainsi que deux autres entités.

L'eurodéputé allemand Engin Eroglu (Freie Wähler), membre de la commission des affaires étrangères ainsi que de l'Alliance interparlementaire sur la Chine également avec Reinhard Bütikofer et autres personnes sanctionnées, a co-signé une lettre saluant les sanctions prises à l'encontre de la Chine comme une "étape essentielle pour défendre nos valeurs européennes communes". La lettre poursuit en affirmant que l'action européenne face aux violations des droits humains commises à l'encontre des Ouïghours montre que « l'UE ne défend pas uniquement ses intérêts économiques. Aujourd'hui plus que jamais, l'UE peut s'affirmer en tant qu'acteur mondial en faisant la lumière sur toutes les formes de violations des droits humains, en demandant aux responsables de répondre de leurs actes et en faisant respecter les droits humains dans leur pays et à l'étranger. »

Marie-Pierre Vedrenne, députée européenne française (MoDem) a déclaré: « En imposant des sanctions contre des dignitaires du régime chinois, l’Europe a enfin su faire preuve d’unité, de courage et de détermination dans la défense de ses valeurs. [...] L’Union européenne défend des valeurs universelles auxquelles la Chine a souscrit mais qu’elle bafoue chaque jour un peu plus. Nous continuerons de dénoncer les exactions contre les Ouïgours ou encore la répression féroce à Hong-Kong.»

En ce qui concerne la ratification par le Parlement européen de l'accord de facilitation des investissements (CAI) que l'UE et la Chine ont conclu en décembre, Marie-Pierre Vedrenne a déclaré : « Notre Parlement ne peut et ne doit pas accepter de ratifier un accord alors que ses membres et l'une de ses commissions sont sous sanctions. Impensable et inacceptable ! La Chine ne nous fera pas taire. Ces mesures chinoises montrent une fois de plus la nécessité de construire notre autonomie stratégique, d'être intransigeants et d'agir fermement contre les violations des règles commerciales et des droits humains. »

Dans sa lettre adressée à Josep Borrell Fontelles (Haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité) et à Charles Michel (président du Conseil européen), Engin Eroglu ajoute : « Dans ce contexte, nous vous demandons de prendre des mesures similaires pour le cas de Hong Kong et d'imposer des sanctions au niveau gouvernemental... Nous aimerions que cet appel à l'action du Parlement européen se reflète dans les débats à venir et que des mesures actives soient prises aux niveaux national et européen. Il est vital que les États membres de l'UE soient unis et envoient un signal fort pour la défense et la promotion de nos valeurs communes. »