European Democrats Logo

Renew Europe à Rome: les LibDems italiens peuvent encore faire la différence aux élections européennes

Dans une interview accordée à Linkiesta, un journal italien en ligne, le Secrétaire Général du PDE, Sandro Gozi, évoque les perspectives de la liste unique Renew Europe lors des prochaines élections européennes.

Azione et Italia Viva, malgré tout, devraient présenter une liste unique aux prochaines élections du Parlement de Strasbourg : "L'objectif doit être plus que le dépassement du seuil, il doit être l'alternative au bipopulisme", explique à Linkiesta Sandro Gozi, député européen et Secrétaire Général du PDE.

Le divorce entre Azione et Italia Viva ayant été évité, maintenant que les prochaines élections européennes ont une date, la thérapie de couple, appelons-la ainsi, peut commencer. Plus qu'un an. S'affronter, surtout avec un système proportionnel, n'aurait pas seulement été incompréhensible pour les électeurs : cela aurait été une occasion manquée. Au contraire, "la délégation italienne peut être la deuxième délégation de Renew Europe" dans le prochain Parlement européen, explique à Linkiesta Sandro Gozi, député européen et secrétaire général du Parti démocrate européen (PDE), à condition d'unir nos forces. Non pas pour franchir le seuil, mais pour "faire la différence".

Après des semaines de frictions, la course commune entre Azione et Italia viva semble connaître un dénouement heureux?

C'est une bonne nouvelle, un bon résultat. Du point de vue du Parti démocrate européen, auquel appartiennent Italia Viva et Azione, nous sommes satisfaits. La perspective d'une liste unie pour Renew Italie est très importante. Je suis convaincu que l'ambition des forces libérales, démocratiques et réformatrices ne peut pas être celle de ceux qui font 4 %. Elle doit être celle de ceux qui présentent véritablement une alternative à la fois à l'extrême droite réactionnaire de Giorgia Meloni et à la gauche mouvementiste et populiste d'Elly Schlein.

Ce qui est en jeu, c'est le rôle de l'Italie en Europe, un rôle fort au sein du Parlement européen après 2024, où l'Italie peut également être la deuxième délégation de Renew Europe, qui est aujourd'hui le troisième plus grand groupe parlementaire européen. Compte tenu des énormes défis que nous devons relever, de la préparation de la paix et de la reconstruction de l'Ukraine à l'élargissement de l'Union dans un avenir proche, en passant par nos relations stratégiques avec les États-Unis, la Chine et l'Afrique, nous n'avons pas besoin de "faire le seuil", mais de faire la différence.

Un électeur désabusé, après les frictions d'il y a quelques semaines, pourrait se demander si la trêve entre Matteo Renzi et Carlo Calenda va durer. Comment la faire durer?

En travaillant sur la politique et les politiques. Il faut donner de l'espoir à ceux qui ne votent plus, aux abstentionnistes, aux jeunes, aux deux millions et demi de personnes qui nous ont fait confiance le 25 septembre dernier. Au-delà de la propagande des médias et des institutions, l'Italie de Giorgia Meloni est une Italie réactionnaire sur les droits civiques, sur les couples LGBT, sur l'immigration et donc une Italie inefficace sur le Pnrr. La réalité est que nous avons un gouvernement d'extrême droite qui parle de remplacement ethnique. De l'autre côté, il y a le néant chromatique du parti démocratique de Schlein.

Website of the European Democrats - https://democrats.eu

Il travaille de manière radicale à la promotion et à la protection des droits civils et de manière très pragmatique pour répondre aux besoins des entreprises, en particulier des petites entreprises. Sur une véritable réforme universitaire, ainsi que sur la bataille pour construire une Europe souveraine et démocratique, qui est la véritable alternative au populisme et à l'extrême droite. Je crois que ce sont là les points qui doivent initier et consolider ce chemin, qui est beaucoup plus important que les aspects de caractère.

Aujourd'hui et demain se tient à Rome l'événement Renew Europe. Comment la famille européenne a-t-elle vécu les malentendus entre les affiliés italiens? Aurait-elle espéré un parti unique?

Du point de vue de Renew Europe, l'important est d'unir nos forces pour gagner les élections européennes. C'est notre priorité, avec des listes communes qui se reconnaissent dans le leadership politique d'Emmanuel Macron. C'est ce que nous avons fait en 2019 et ce que nous ferons en France en 2024. Il n'y a pas de parti macronien unique, mais il y a une liste, dont au moins quatre partis feront partie. Il est important que nous unissions nos forces autour d'un projet politique commun, pour poursuivre la transformation européenne.

Je dis "continuer" parce que nous nous présentons, et nous le dirons aussi à Rome, avec un bilan très positif. Ensuite, le parti unique n'est pas une question de Renew Europe, mais il concerne les forces politiques italiennes. Cependant, il me semble qu'aujourd'hui la priorité est - je le répète - d'obtenir un bon résultat avec une alliance politique. Après tout, Renew Europe est en soit une alliance politique, entre les libéraux de l'Alde, les démocrates de l'EDP et d'autres forces. Le message que nous transmettrons est le suivant : unissons nos forces car nous devons continuer à être les protagonistes, les faiseurs de rois d'une majorité pro-européenne, même en 2024, et c'est pourquoi nous avons besoin de plus de Renew Europe en Europe et de plus d'Italie dans Renew Europe.

Pour rester, disons, sur la même phonétique : +Europa peut être l'un de vos interlocuteurs, quels sont les autres?

Personnellement, je suis resté en contact avec Riccardo Magi pour m'assurer que lui et Emma Bonino étaient présents à l'événement de Rome. Quand je parle de liste commune, j'espère vivement que +Europa décidera d'en faire partie. Avec Italia Viva et Azione, les libéraux-démocrates européens que j'ai contribué à promouvoir avec Oscar Giannino, Giuseppe Benedetto et Alessandro De Nicola. Je ferai en sorte que ces quatre réalités fassent partie de la liste commune.

Ensuite, tous les mouvements, associations et personnalités qui partagent cette perspective et veulent dépasser un bipopulisme que les médias, les analystes et une partie des institutions tentent plutôt de nous faire avaler. Les élections européennes sont la meilleure occasion de dire qu'il existe une alternative au bipopulisme : parce que nous jouons à domicile, parce que nous sommes la force la plus pro-européenne en Europe et aussi en Italie, et pour une raison technique, mais importante, qui est le système électoral proportionnel.

Considérez-vous que l'hypothèse d'un glissement à droite du Parti populaire européen (PPE), avec une ouverture à l'Ecr, se concrétisera après les prochaines élections européennes, ou est-ce la dynamique politique nationale habituelle qui nous fait voir des bouleversements qui ne sont pas, ou pas encore, là?

Il est clair que Manfred Weber, Antonio Tajani et Roberta Metsola travaillent à la construction d'une alliance de droite avec l'Ecr, en regardant également l'extrême droite représentée par ID. Cette tentative dénature le PPE tel qu'il est né, c'est-à-dire le parti d'Alcide De Gasperi, de Konrad Adenauer et de Schuman. Ils ne s’en cachent pas: dans chaque interview, qu'ils parlent du Pérou ou de la Mongolie, ils incluent leur perspective d'une alliance, en réalité élargie. Tajani parle souvent des "libéraux" et je l'informe à nouveau que Renew d'une telle alliance avec l'extrême droite ne veut rien savoir.

Cependant, la question est de savoir quelle est la part de tactique et quelle est la part de propagande. Ils ne sont pas assez nombreux pour reproduire le populisme au niveau européen. Il me semble qu'au sein même du PPE, il y a de fortes résistances. Ce ne sera certainement pas notre perspective, qui est de renforcer l'intégration européenne, et ce ne sont pas les mots de Sandro Gozi : c'est l'engagement formel que nous avons pris dans le protocole d'accord entre Alde, EDP et Renaissance et nous disons non aux alliances avec les extrémistes.

Sandro<br>Gozi
Sandro
Gozi
Secrétaire général

France

Nicola<br>Danti
Nicola
Danti
Vice-président

Italie
Italia Viva

La famille Démocrate

Image link

Le Parti Démocrate européen garantit le niveau le plus élevé de transparence pour la poursuite de son but exclusif comme dans son organisation et son financement.

Les organisations partenaires sont les Jeunes démocrates européens (JDE) et l'Institut des démocrates européens (IED).

Information de contact

+32 2 213 00 10
Rue Montoyer 25, 1000 Bruxelles, Belgique

Nos délégations parlementaires

Mentions Légales | Vie privée |
Avec le soutien financier du Parlement européen

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

La newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour suivre nos actualités.