Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Commerce mondial de l'UE : L'Australie et la Nouvelle-Zélande sont une opportunité pour l'Europe.

La seule façon pour l'Europe de répondre à la politique commerciale de Donald Trump est de promouvoir un commerce mondial équitable, ouvert et reposant sur des règles internationales, écrit la députée européenne allemande et Vice-Présidente du PDE Ulrike Müller.

Au cours des dernières semaines et des derniers mois, le président américain Donald Trump a mis la politique commerciale internationale dans le désarroi. En plus de violer les règles internationales de l'OMC en imposant des droits de douane punitifs sur les importations d'acier et d'aluminium en provenance d'Europe, il a également menacé d'imposer des droits de douane supplémentaires sur les voitures allemandes.

Les États-Unis se sont également retirés du communiqué commun publié à l'issue du sommet du G7. En bref, Donald Trump entraine actuellement la politique commerciale européenne et internationale vers d'énormes défis.

Il est important que l'Europe ne s’immobilise pas comme un chevreuil aveuglé par les phares d'un véhicule, mais qu'au contraire, elle renforce ses connexions dans le monde entier, faisant progresser le commerce multilatéral, ouvert et reposant sur des règles internationales. Nous pouvons ouvrir de nouveaux horizons commerciaux en nous tournant vers l'Australie et la Nouvelle-Zélande.

Toutes les parties concluent actuellement des accords avec de nombreux autres pays et il est donc logique qu'elles intensifient leurs relations commerciales les unes avec les autres et les adaptent au XXIe siècle.

En tant que Présidente de la délégation du Parlement européen pour l'Australie et la Nouvelle-Zélande, je suis en contact régulier avec les deux pays et je travaille au renforcement de leurs relations avec l'UE.

Les liens entre l'UE et ces deux pays sont profondément ancrés dans l'histoire et la culture. Nous partageons des valeurs et des principes. L'UE entretient un partenariat étroit et amical avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande depuis de nombreuses années.

Le volume des échanges commerciaux entre l'UE et l'Australie s'élevait récemment à plus de 47,7 milliards d'euros. Avec la Nouvelle-Zélande, le chiffre était de 8,7 milliards d'euros. Les accords commerciaux avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande faciliteraient l'entrée des entreprises de l'UE sur les précieux marchés de l'Asie-Pacifique. Les deux parties pourraient bénéficier d'un commerce bilatéral privilégié, ce qui créerait des opportunités de vente supplémentaires.

Les produits industriels constituent actuellement la plus grande partie des exportations de l'UE vers l'Australie, tandis que les principales autres exportations sont des matières premières minérales et des produits agricoles. La Nouvelle-Zélande exporte également principalement de produits agricoles vers l'UE.

L'objectif de l'accord commercial avec les deux pays devrait donc se concentrer sur la réduction des droits de douane et autres obstacles au commerce et, d'une manière générale, sur la réalisation d'économies de coûts et de meilleures opportunités de vente, mais pas sur la libéralisation complète du secteur sensible qu’est le secteur agricole européen.

Certains éléments du secteur agro-alimentaire, telles que les indications géographiques protégées, doivent être sauvegardées et nos normes environnementales et de consommation doivent être maintenues et, si possible, étendues.

Les ministres européens des finances ont demandé à la Commission d'entamer en mai les négociations en vue de la conclusion d'accords commerciaux avec les deux pays. Nous nous attendons à présent à des négociations rapides mais diligentes, conformément à l'objectif déclaré de l'UE de garantir un système commercial mondial, équitable et reposant sur des règles internationales.

J'espère que les négociations à venir seront abordées avec transparence et confiance de part et d'autre et qu'en fin de compte, elles déboucheront sur un accord équilibré et gagnant-gagnant. La réponse de l'Europe à la politique isolationniste de Donald Trump devrait être un engagement en faveur de l'ouverture, d'un commerce libre et réglementé et d'une collaboration équitable avec nos partenaires internationaux.

 

Membres liés

Thèmes liés

IED YDE