S'inscrire à notre newsletter

Nous sommes convaincus qu'il est temps de refonder l'Union !

Nous avons le devoir de partager le rêve européen avec nos concitoyens, de répandre les valeurs de respect de la dignité humaine, de l'État de droit, de la liberté, l'égalité, la solidarité et la responsabilité.

Il est temps pour les Démocrates de prendre les choses en main.

Le certificat vert ne fonctionnera que s'il "ouvre les mêmes portes" dans toute l'UE

Izaskun-Bilbao-PNV.jpg

Le parti membre basque du PDE, l'EAJ-PNV, estime que le certificat vert sur lequel travaille la Commission européenne pour reprendre la mobilité en toute sécurité dans les prochaines semaines ne fonctionnera que s'il est technologiquement interopérable et "ouvre les mêmes portes" dans tous les États membres de l'UE. Des normes homogènes ainsi qu'une base technologique commune pour faciliter le traitement et la protection des données sur le statut épidémiologique du voyageur devraient empêcher l'apparition d'une concurrence entre les destinations touristiques quant à leurs niveaux d'exigence en matière de restrictions COVID-19.

Hier après-midi, la députée européenne Izaskun Bilbao Barandica a participé à un débat organisé par la commission du tourisme sur les mesures à court terme pour relancer le secteur du tourisme, parmi lesquelles figure la restauration de la mobilité en Europe. L'accélération progressive du déploiement des vaccins dans toute l'Union a suscité le lancement d'une initiative commune qui puisse s'appuyer sur ce processus d'immunisation pour reprendre en toute sécurité les voyages non essentiels. Pour cette raison, la session s'est concentrée sur les caractéristiques du certificat sur lequel la Commission européenne travaille afin que chaque personne voyageant puisse prouver son statut épidémiologique.

Izaskun Bilbao Barandica a convenu que "la mise en œuvre d'un certificat vert reconnu de la même manière dans toute l'Union est, à court terme, la mesure la plus importante pour reprendre le tourisme en toute sécurité l'été prochain". Pour y parvenir, elle a appelé à "travailler sur des solutions techniques interopérables pour faciliter l'utilisation du certificat et le contrôle de son contenu" et à "une solide harmonisation des portes que cela ouvrira dans tous les États membres. Il faut éviter que le niveau de la demande de mesures anti-pandémiques ne soit utilisé pour concurrencer les offres touristiques, ce que nous constatons aujourd'hui dans certains Etats membres".

Elle a également insisté sur le fait que la réouverture du secteur touristique "doit être associée à la durabilité. Il est urgent de mettre en place un système d'indicateurs qui permettra aux gestionnaires publics et à l'industrie de mieux mesurer leur impact et de fournir aux utilisateurs des informations qui les aideront à prendre des décisions". Parmi les aspects à évaluer, elle cite "l'accessibilité, les systèmes intelligents contre la saturation, les solutions de mobilité dans la destination, l'efficacité énergétique des bâtiments et les mesures adoptées contre le gaspillage alimentaire".

Notre député européen italien Nicola Danti (Italia Viva) a commenté les avantages du certificat vert, en déclarant : " Faciliter les voyages est un élément essentiel du redémarrage après la pandémie : pensez à l'importance du tourisme, du commerce, des voyages d'affaires, mais aussi à la possibilité de retrouver plus facilement les membres de votre famille et vos proches qui vivent peut-être dans d'autres pays que le vôtre ". L'obtention du certificat sera très simple une fois qu'il aura été délivré par votre système national de santé - il peut être sur papier ou en format numérique et contiendra les informations nécessaires pour traverser les frontières. Nous avons besoin de certitudes, d'idées claires et de la bonne dose de confiance pour nous permettre de redémarrer."